Concarneau. La sellerie nautique Scamba se rapproche de ses clients

L’équipe de la sellerie Scamba : Stéphanie et Stéphane Aslangul au centre, entourés des sellières Muriel et Christelle, d’Olivier, chargé de la gestion comptable et de David, pour la communication.

Créée en 2003 « à domicile », à Trégunc (Finistère), avant de migrer vers le chantier du Minaouët, puis au centre-ville, la sellerie à 80 % nautique s’installe dans un local de 400 m2 avenue Bielefeld Senne.

D’où ça vient, Scamba ? La sellerie de Stéphane et Stéphanie Aslangul était installée à Trégunc depuis 2003, mais ce nom, on s’en doute, n’a rien de trégunois. Alors quoi ? On pense à la samba. On peut penser aussi, en tirant un peu le nom par les cheveux, à Salammbô, de Flaubert, qu’on l’ait lu ou non…

Dans les deux cas, ça sonne comme une invitation à naviguer, confortablement installé sur des banquettes en tissus, en cuir ou en simili, vers le Brésil ou vers Carthage… Sauf que : pas du tout.

Un acronyme efficace

Scamba, en fait, est un acronyme à l’efficacité redoutable qui annonce la couleur et le programme : Sellerie Cuir Auto Moto Bateau Accessoires. Les amoureux de la poésie repasseront.

Pas d’acrostiche donc, chez Scamba, mais en revanche en cas d’accroc, de tache, de déchirure, de brûlure ou d’envie de changement : c’est là-bas que ça se passe. Et là-bas, c’est ici, avenue Bielefeld Senne, « à une des entrées principales de la ville », dans la zone du Moros.

Créée dans leur sous-sol en 2003 par Stéphane et Stéphanie Aslangul, l’entreprise s’est installée en 2007 aux chantiers nautiques du Minaouët, avant de prendre place dans un local de 270 m2 dans le centre-ville de Trégunc, en 2012.

Muriel, au travail dans le nouvel atelier de la sellerie Scamba. | Audric Guerrazzi

Mais une forte croissance du chiffre d’affaires, qui s’approche maintenant des 200 000 €, imposait d’envisager un autre déménagement, qui a commencé en novembre et s’est concrétisé fin avril, à l’issue du bail commercial à Trégunc.

Les nouveaux locaux, eux, font 400 m2. Surtout : « il y a un seul plateau de travail, explique le gérant, ce qui permet d’éviter les manutentions difficiles ». Et puis c’est aussi sur le passage des professionnels du port : de quoi, il l’espère, leur donner envie de s’arrêter et de passer commande.

Parmi ses clients, 80 % viennent pour de la sellerie nautique, des gens comme Marée Haute, IDB Marine, Piriou ou dernièrement Espace Vag et ses Ikone. De Concarneau, mais aussi d’ailleurs : « de Lorient à Penmarc’h, en passant par Roscoff ». Des gens qui savent à quoi font référence des termes comme « fly-desk », « carré d’équipage », « capote de roof », « biminis », « taud de fermeture », etc.

La liste n’est pas exhaustive et inclut aussi, pour les profanes du nautisme, des sièges pour paniers de side-car, des voiles d’ombrage et des fauteuils de dentistes, de salons de coiffures ou de restaurants…

Un papa pour comptable

Le tout réalisé par les mains de Stéphanie, responsable de l’atelier, mais aussi de Muriel et Christelle, dans une « ambiance familiale » : le terme, souvent galvaudé en entreprise, est de Stéphane Aslangul lui-même, mais quand il interpelle Olivier, le comptable de la boîte, d’un sonore « Papa ! » qui résonne à travers la pièce, on est tenté de le croire…

Christelle, qui travaille sur une coiffe (ou une housse…) en simili cuir pour la Compagnie Océane. | Audric Guerrazzi
 

Impression confirmée quelques minutes plus tard quand un débat passionné naît dans l’atelier pour savoir si Christelle travaille actuellement sur une « coiffe » ou une « housse ». Débat sémantique où tout le monde donna gaiement son avis, et où chacun, en fait, semblait surtout convaincu que l’essentiel n’était pas le nom, mais qu’elle soit bien cousue.

Scamba, une entreprise familiale

L‘entreprise Scamba La Sellerie est désormais installée avenue Bielefeld Senne. Elle a été créée en 2003 par Stéphane et Stéphanie Aslangul. « Au départ, on a débuté dans notre sous-sol, dans 15 m². Puis on a déménagé au Minaoüet et dans le centre-ville de Trégunc. Actuellement, nous bénéficions d’une superficie de 400 m² », a expliqué Stéphane Aslangul.
L’entreprise emploie trois personnes à la production, une personne à la communication, Olivier Aslangul, le père de Stéphane qui est bénévole, et des stagiaires. Elle est spécialisée dans la sellerie de bateaux qui constitue 80 % de son chiffre d’affaires. Mais elle fabrique également des sièges pour autos, motos, pour le secteur médical, des matelas de cabine, des voiles d’ombrage pour les jardins, des toiles de protection pour les bateaux… « Nous travaillons avec de grosses sociétés dans le domaine maritime. Mais nos prestations s’adressent aussi aux particuliers, d’où le choix de notre nouvel emplacement ».
La société a aussi une activité de tapissier. « Nous proposons aussi des accessoires, sacs, pochettes, housses de coussins. Nous avons à notre disposition de nombreux tissus et autres matériaux ». 
© Le Télégramme

Stéphane Aslangul s’occupe plus particulièrement de la partie commerciale tandis que son épouse est axée sur la création et la gestion de l’atelier.

 

Scamba publié par Nautisme en Finistère

SCAMBA, spécialisée dans la sellerie nautique

Stéphanie et Stéphane Aslangul sont les co-gérants de la SARL SCAMBA créée en 2003 et aujourd’hui installée à Trégunc. L’entreprise, spécialisée dans la sellerie, répond principalement à une demande locale tant dans le secteur du nautisme que de l’ameublement en passant par l’automobile, la moto et le médical. 
80 % de son chiffre d’affaires est réalisé au sein de la filière nautique.

Un savoir-faire au service du nautisme

Avec plus de 10 ans d’expérience dans la voilerie, Stéphanie a un profil plutôt technicienne, ce qui l’amène à être responsable de la production. Au sein de ce pôle, 3 personnes y travaillent à plein temps.  
Stéphane, quant à lui, est plus orienté sur la gestion sociale et commerciale de l’entreprise : gestion des achats, logistique, ressources humaines, relation clients et fournisseurs font partie de son quotidien. Leur savoir-faire leur a ainsi permis de développer des partenariats commerciaux avec par exemple, les chantiers navals Piriou, Marée haute et IDB Marine. 
L’ouverture, en 2012, de leur magasin au centre ville de Tregunc, leur a apporté une nouvelle dimension. Cette meilleure visibilité leur permet de s’ouvrir vers une clientèle de particulier.

Réactivité, personnalisation, adaptation.

Scamba propose de nombreux produits de sellerie intérieure et extérieure. Ces produits sont adaptés en fonction de la demande de leurs clients et sont réalisés sur-mesure : bain de soleil, sièges cockpit, fly-desk, carré d’équipage, banquette, capote de roof, biminis, taud de fermeture, bâche, housse et bien d’autres produits peuvent être réalisés. Le choix de la matière, des couleurs sont entièrement libres. Chaque pièce est unique.

Source : Nautisme en Finistère paru le jeudi 27 Octobre 2016

Scamba : création et restauration de matériaux souples

LE TELEGRAMME 

Scamba : création et restauration de matériaux souples

Scamba

30 mars 2013

Pour toute création et restauration en sellerie nautique, cuir, auto-moto, médical, bateau et accessoires, Scamba met à disposition ses services, au 43, rue de Pont-Aven. Stéphane et Stéphanie Aslangul y ont installé leur entreprise avec vitrine ainsi qu’un atelier de 270 m². Avec ses quatre salariés et un stagiaire, Scamba, qui trava

ille avec plusieurs chantiers nautiques concarnois, propose tous travaux sur ma

tériaux souples (cuirs, similis, tissus, mousses…) et s’adresse aux professionnels, comme aux particuliers pour la réalisation de toiles et voiles d’ombrage, couverture de pergolas, capote de cabriolet, tauds d’hivernage, restauration de canapés, fauteuils, personnalisation tuning et véhicules de collection…